Loading...
Surveillance & Contrôle des matériaux 2018-04-16T07:52:52+00:00

Surveillance & Contrôle des matériaux

La surveillance de la réalisation de travaux est un champ de pratique passionnant, particulièrement lorsqu’il s’agit de grandes infrastructures publiques. L’ingénieur civil exerçant dans le monde de la surveillance éprouve cette fierté d’être un des gardiens de la saine utilisation des fonds publics. Au sein de la famille des métiers de la surveillance des travaux, l’ingénieur en matériaux est l’artisan de la conception, des spécifications et de la bonne mise en œuvre des matériaux sur site. Nos ingénieurs en matériaux mettent à la disposition des maîtres d’ouvrages leur compréhension du comportement des matériaux et les conseillent sur l’utilisation des matériaux les plus appropriés pour atteindre les niveaux de performances voulues pour les ouvrages.

La surveillance de la réalisation de travaux vise à garantir que la qualité réelle des travaux sera conforme aux objectifs du projet, aux plans et devis et aux règles de l’art.

Guide de pratique professionnelle (OIQ)
Enrobés bitumineux

Enrobés bitumineux

Communément appelé “asphalte”, les enrobés bitumineux sont un mélange uniforme de granulats grossier et fin enrobés de bitume (liant).

Le contrôle de la qualité des enrobés débute à la fabrication de l’enrobé par la validation de la conformité des matériaux utilisés (granulats, liants, matériaux recyclés), des méthodes de fabrication en usine et du produit fini (température, homogénéité). L’ingénieur poursuit son travail par le contrôle de la mise en œuvre de l’enrobé en chantier (homogénéité de pose, densité, épaisseur, adhérence). Le revêtement fini fait également l’objet de contrôles (uniformité et rugosité des surfaces, compaction).

Conscients de leur empreinte écologique, les producteurs pensent à de nouveaux moyens de réduire leurs émissions par l’introduction de matériaux recyclés, de bitumes végétaux ou par la production d’enrobés tièdes.

www.bitumequebec.ca/_avantages-des-enrobes

En plus de conditionner la durabilité dans le temps, la qualité de la fabrication et de la pose de l’enrobé constitue un élément important de la sécurité routière. Le confort au roulement fait aussi partie des critères qui font l’objet d’un contrôle de la qualité.

Par des relevés visuels, des essais en chantier et des analyses en laboratoire sur des échantillons prélevés.

Par des ingénieurs possédant l’expérience et la formation pour prendre en charge le contrôle de la qualité des enrobés et des techniciens qui procèdent aux essais et prélèvements sur site possédant toutes les certifications requises pour l’enrobé.
Les centrales de fabrication d’enrobés et les administrations publiques (MTQ, Municipalités, Villes) constituent l’essentiel des clients de l’ingénieur spécialisé en contrôle de la qualité des enrobés.
Hakim Benrabah, ing.
Hakim Benrabah, ing.
Enrobés & Chaussées

Les producteurs d’enrobés ont décidé d’investir ces dernières années dans une meilleure compréhension de leur empreinte écologique. Et quelques-uns des résultats qu’ils présentent sont à contre-courant des idées reçues. Tout en vous invitant à conserver votre sens critique, consulter la page récapitulative de Bitume Québec peut être assez instructive.

Hakim Benrabah

Plus de 10 millions de tonnes d’enrobés sont produites annuellement au Québec, dont la majeure partie sert au réseau routier.

Béton de ciment

Béton de ciment

Le béton de ciment, couramment appelé béton, est un mélange de ciment, de granulats, d’eau et d’adjuvants. De tous les maux qui affectent les bétons et que l’ingénieur en matériaux peut aider à contrôler, la carbonatation est l’un des plus courants. Il s’agit d’une réaction chimique entre le gaz carbonique de l’atmosphère et le ciment du béton, qui conduit à l’attaque de l’acier à l’intérieur du béton. L’acier se corrode, gonfle et fait éclater le béton, ce qui produit le résultat visuel qui s’observe sur plusieurs ponts.

Le béton de ciment est le matériau de construction le plus utilisé dans le monde entier. Il est aussi le deuxième matériau minéral consommé, juste derrière… l’eau. Cette grande consommation conduit de plus en plus l’industrie à s’intéresser à la recyclabilité du béton.

Le béton étant le matériau le plus utilisé dans les constructions, en assurer le contrôle de la qualité constitue un des grands apports de l’ingénieur en matériaux à la société.

L’ingénieur étudie l’environnement où la construction sera effectuée, et élabore des recommandations au sujet des meilleures proportions et caractéristiques des constituants du béton. Un des objectifs que poursuit l’ingénieur est de trouver la meilleure combinaison pour garantir la longévité du béton. Puisqu’il en a élaboré les constituants et leur dosage, l’ingénieur en matériaux est ensuite le plus apte à attester que les constructeurs ont effectivement respecté les exigences qu’il a préétablies.

Des essais sont effectués pendant la fabrication du béton, puis avant et pendant sa mise en œuvre sur le chantier (température, affaissement, teneur en air). D’autres essais sont effectués plus tard en laboratoire sur des échantillons prélevés durant les phases précédentes (résistance à la compression à 7 et à 28 jours). Ces essais sont effectués selon des normes nord-américaines très précises (normes ASTM).

Plus souvent à des fins de suivi, le béton en place peut aussi être carotté et soumis à des essais en laboratoire afin d’établir son état (détermination microscopique du réseau de vides d’air, résistance à l’écaillage aux sels déglaçants).

Le domaine du béton est un des grands champs d’expertise des ingénieurs en matériaux. Un parrainage de plusieurs années par un ingénieur expérimenté et une bonne implication personnelle sont nécessaires pour aboutir la formation d’un nouvel ingénieur.

Sur les chantiers et dans les laboratoires, nos techniciens qui accompagnent les ingénieurs dans les activités de prélèvements d’échantillons de béton et de réalisation d’essais possèdent une formation spécifique et une certification nord-américaine reconnue.

La variété des clients d’un ingénieur spécialisé en béton est aussi vaste que les champs d’utilisation des bétons.

Particuliers, promoteurs, institutions publiques, mais aussi centrales de producteurs de bétons sont autant d’entités qui recherchent l’expertise en béton qu’ont développée nos ingénieurs.

En réponse à la sensibilité grandissante pour les économies d’énergie et la préservation des ressources naturelles, il est passionnant de voir émerger de nouvelles façons, plus écologiques, de fabriquer le béton. Suivre de près ces développements nous permet de pouvoir toujours recommander le béton le plus récent et le plus adapté au projet.

À l’échelle mondiale, on estime la consommation du béton à plus d’un mètre cube par habitant/an.

Sols & Granulats

Sols & Granulats

Le terme granulat désigne des fragments de roche, de taille inférieure à 6 pouces, qui entrent dans la composition des matériaux destinés à la fabrication d’ouvrages de travaux publics, de génie civil et de bâtiment.

Les granulats servent :

  • à la construction et l’entretien de routes (environ 55 %);
  • à la fabrication des bétons (environ 25 %);
  • comme produit de remplissage divers (environ 15 %);
  • comme abrasif contre le verglas ainsi que sable à mortier, ballast pour chemin de fer, sable à jet, blocailles pour enrochement, filtre dans les usines d’épuration, etc. (environ 5 %).
La résistance et la durabilité des constructions sont souvent très étroitement liées aux caractéristiques des granulats utilisés.

Par exemple, certains composants du ciment peuvent réagir avec certains types de granulats au sein du béton et entrainer un gonflement et un éclatement précoce du béton des ouvrages. Dans ces cas-là, le rôle de l’ingénieur en matériaux est de s’assurer que les granulats utilisés dans les mélanges de béton sont appropriés à l’usage et au type d’exposition de l’ouvrage. Plus globalement, les ingénieurs en matériaux contribuent à la durabilité des ouvrages en s’assurant du bon usage des sols et matériaux granulaires utilisés dans les constructions.

À partir de prélèvements à la source ou en chantier, les granulats sont soumis à des essais en laboratoire et les résultats doivent se conformer aux différentes normes applicables dans l’industrie. Des certificats de conformité sont préparés et soumis aux donneurs d’ouvrages en vue d’en recommander ou non l’utilisation pour les ouvrages prévus.

Les normes en vigueur fixent des standards d’essais en laboratoire et sur le chantier afin d’apporter la preuve de la conformité des sols et matériaux granulaires aux usages pour lesquels ils sont prévus.

L’ingénieur travaille étroitement avec des techniciens qualifiés qui effectuent les essais dont les résultats lui servent à émettre des avis techniques. Tout au long du processus d’essais, un suivi est assuré par l’ingénieur responsable. Les essais sont réalisés à l’intérieur des laboratoires de Groupe ABS. Ces laboratoires sont certifiés d’une norme ISO et enregistrés à l’Association des consultants et laboratoires experts (ACLE) avec des équipements de pointe calibrés selon des standards précis.

Le rayon du contrôle qualitatif des sols et matériaux granulats est le plus vaste du métier de l’ingénieur en matériaux. Particuliers, promoteurs privés, exploitants de carrières, institutions publiques… Toute forme de construction, dès qu’elle nécessite du béton ou repose sur des fondations au sol peut nécessiter l’expertise d’un ingénieur en sols et matériaux.

Dominic Ste-Marie
Dominic Ste-Marie
Carrières et centrales de fabrication
Mélanie Leduc, ing., géo., M.Sc.
Mélanie Leduc, ing., géo., M.Sc.
Laboratoire

Le contrôle de la qualité est une branche d’activités où la rigueur constitue un des principaux critères. Maintenir continuellement cette rigueur s’avère un véritable défi pour toutes les entreprises de notre secteur. Seule une grande passion du métier et ses retombées positives pour la société permettent de relever ce défi au quotidien.

Dominic Ste-Marie

Près de 100 millions de tonnes de granulats sont produites chaque année au Québec, soit plus de 10 tonnes/habitant.

Métallurgie

Métallurgie

Les métaux, très majoritairement les différents types d’acier, se sont imposés dans les constructions lourdes (salles de sports, piscines, entrepôts, usines, immeubles de grande hauteur, ponts) où ils servent de structures porteuses. Généralement, les structures métalliques sont constituées de pièces ou d’éléments préfabriqués, préassemblés en usine ou assemblés directement en place.

Le contrôle de la qualité de ces assemblages constitue un des grands champs d’application de nos ingénieurs et techniciens (vérification des procédures de soudage, couples de serrage, tolérance de montage). La protection de ces structures métalliques face aux effets du temps et des conditions atmosphériques (phénomènes de corrosion) constitue un autre champ de pratique de nos équipes (contrôle des épaisseurs de revêtement).

Les métaux constituent des matériaux qui offrent une grande souplesse lors de la construction dans la mesure où ils sont assemblés correctement et sont convenablement protégés contre les agressions atmosphériques.

La qualité d’un revêtement de protection bien appliqué permet de prolonger la durée de vie des pièces métalliques et d’éviter des coûts plus élevés de remplacement de ces pièces.

L’inspection de l’intégrité des assemblages soudés s’effectue à l’aide de relevés visuels, mais aussi d’essais magnétiques (magnétoscopie), d’essais par ressuage et par ultrason.

Le contrôle des métaux est l’une des branches les plus instrumentées du contrôle. Un équipement de pointe, en constante évolution, est requis. L’évolution rapide de la technologie et le niveau de sophistication de l’équipement imposent un rythme soutenu de formation continue aux ingénieurs et techniciens œuvrant dans ce champ.

Groupe ABS dispose de certains types d’équipements rares sur le marché, ce qui fait de notre offre l’une des plus complètes sur le marché

Tous les inspecteurs et techniciens de l’équipe de contrôle des éléments métalliques de Groupe ABS possèdent un jeu de certifications du Bureau canadien du soudage (CWB W178.2) et/ou l’Association internationale des ingénieurs en corrosion (NACE International Institute). Ces certifications sont obligatoires pour exercer dans ce champ d’activités.

Notre portefeuille de clients en surveillance/contrôle des métaux s’élargit chaque jour :

  • Infrastructures routières (MTQ, Villes)
  • Bâtiments (Bombardier, Municipalités, promoteurs)
  • Stations de ski (remonte-pentes)
  • Usines de fabrication de structures d’acier
Benoit Gauvin, ing., M.Ing.
Benoit Gauvin, ing., M.Ing.
Inspection visuelle
Stéphane Pinsonneault, ing.
Stéphane Pinsonneault, ing.
Revêtement contre la corrosion

Le contrôle qualité des éléments métalliques est une expertise très pointue. Nous nous sommes dotés d’un plan d’investissements dans les équipements, mais également dans le perfectionnement de notre équipe pour maintenir une offre attrayante dans notre secteur d’activités qui évolue en permanence.

Des études américaines estiment le coût annuel direct de la corrosion à plus de 8 milliards $ (US) aux États-Unis, juste dans le secteur des ponts routiers.

Siège social

7950, Vauban, Montréal (QC) H1J 2X5

Phone: 1.866.454.5644

Fax: 514.493.6228

Web: groupeabs.com